Le Coq Vert - Bienfaits, légalité, effets : tout ce qu'il faut savoir

Le Coq Vert - Bienfaits, légalité, effets : tout ce qu'il faut savoir sur le CBD

dans les dernières nouveautés

Mercredi 23 juin, la Cour de cassation a rendu sa décision sur la légalité du CBD en France. Elle a confirmé que sa vente était autorisée s’il était produit dans un autre pays européen. En effet, avec cet avis, la plus haute juridiction du pays a annulé un arrêt condamnant le gérant d’une boutique de Grenoble (Isère) qui vendait des produits à base de cannabidiol, ou CBD. Cette décision représente un nouvel épisode dans la saga du flou juridique qui entoure la vente du CBD en France. Mais le CBD, de quoi s’agit-il vraiment ?

Le cannabidiol désigne la molécule non psychotrope du cannabis. Cette substance issue du chanvre – lui-même une variété de cannabis – ne présente pas d’effet toxique sur la santé. La teneur en THC (molécule psychotrope classée comme stupéfiant) ainsi que celle des produits finis doivent impérativement être inférieures à 0,2 %. En effet, il s’agit de l’une des conditions pour que la culture du chanvre soit autorisée, tout comme le fait d’apparaître sur la liste des variétés réglementées et d’utiliser uniquement les graines et les fibres. Ainsi, les produits dérivés des fleurs ne sont normalement pas autorisés. La France se place comme le 4e producteur mondial de chanvre et le 1er producteur européen.

 

À LIRE AUSSIPourquoi la droite devrait encourager la légalisation du cannabis

 

La molécule du bien-être

Si le THC (tétrahydrocannabinol) agit sur le psychisme, son cousin le CBD est lui sans aucun effet euphorisant, mais il a un pouvoir apaisant. Ce que confirme la Cour de justice de l’Union européenne ; le CBD n’engendre aucun « effet psychotrope et effet nocif sur la santé humaine sur la base des données scientifiques disponibles ». Des études menées sur le CBD thérapeutique mettent en avant des effets relaxants, antidouleur, déstressants, antidépresseurs, myorelaxants, etc. Si le CBD a été découvert en 1963, de nombreuses boutiques spécialisées ont fleuri peu à peu dans tout le pays ces dernières années. Liquides pour cigarettes électroniques, tisanes, huiles, miel, produits cosmétiques, etc., les déclinaisons se sont multipliées.

Loin des plateaux de télévision qu’il a fréquentés pendant vingt ans, Alexandre Perez a plongé dans le monde du CBD il y a quelques années. « Ma mère a eu un cancer du sein. Elle est maintenant guérie, mais je trouvais qu’elle prenait trop de médicaments. J’ai alors pris connaissance des vertus du cannabidiol », détaille le fondateur de Divie, rapidement convaincu par l’huile de CBD. Avant de compléter : « Lors de mes recherches, j’ai remarqué qu’il n’y avait pas de marque nationale et de produits à la composition limpide et simple à retracer. » Divie – contraction de « dire » et de « vie » – était née.

 

À LIRE AUSSIKevin Brookes : « Nous défendons un cannabis made in France »

 

400 points de vente

Aujourd’hui, la marque a fait le choix de proposer uniquement des huiles qui pénètrent le système sanguin via les muqueuses buccales. Made in France, elles sont produites en Aveyron avec une huile bio certifiée et seront bientôt en vente au BHV Marais. Aujourd’hui, le marché est porté par les plus de 40 ans qui cherchent une amélioration de leur bien-être grâce à cette molécule naturelle. Ces produits ne sont pas des médicaments. À ce titre, ils ne peuvent donc bénéficier d’aucune allégation thérapeutique. Exit donc la posologie imposée et les promesses, il appartient à chaque consommateur de trouver sa routine pour des effets adaptés. De plus, il est toujours préférable d’en parler avec son médecin traitant pour éviter les interactions médicamenteuses (notamment chez les patients qui suivent un traitement lourd en parallèle). De même, pour les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que les enfants, il est également recommandé d’échanger avec un professionnel de santé.

« Chez Divie, le taux de THC dans l’huile est analysé à plusieurs reprises par des laboratoires indépendants afin de s’assurer qu’il soit conforme aux directives européennes », assure Alexandre Perez. Avant de conclure : « Les dernières études estiment entre huit et dix millions le nombre de Français qui consommeront du CBD l’année prochaine. » Les 400 points de vente installés partout en France ont encore de beaux jours devant eux.

Vous vous êtes enregistré avec succès!
Cet email a été enregistré